L' entonnoir

tous les mercredis de 9h30 à 10h30

Critique de la psychiatrie comme double pratique, répressive et commerciale. La psychiatrie est un dispositif qui relève à la fois de la répression et de la médicalisation. De la répression, avec le pouvoir qu'exerce l'institution sur les psychiatrsé-e-s, par l'intermédiaire de médecins et d'infirmiers qui, agissant comme autant de juges et de matons, soumettent chaque mouvement de circulation des personnes sous son emprise à une réglementation rigoureuse et ce, même hors-les murs des hôpitaux. En même temps, c'est un système qui procède à une médicalisation de l'individu par une action sur son système nerveux, lui imposant une consommation à vie de psychotropes pourtant dangereux, assurant au passage une constante prospérité aux grands laboratoires. Mais la psychiatrie œuvre aussi à la médicalisation de toute la société. Elle le fait à travers l'établissement de normes des comportements, d'interdits et de censure implicites, instillant à chacun et chacune une peur religieuse de la liberté de vivre (Le DSM, répertoire des maladies mentales, est un exemple visible d'un tel outil de médicalisation

de nos vies) ! L'entonnoir fait aussi une critique du système médico-social, en tant que prolongement de l'institution psychiatrique. Comme elle historiquement au service de la bourgeoisie, il cherche à réserver une main-d'œuvre en bonne santé, et surtout à la contrôler et à lui inculquer ses valeurs. A l'aide de témoignages, de reportages, d'ouvrages et d'articles, nous voulons informer pour remettre en cause la psychiatrie... et le monde qui va avec

Un rayon de Soleil

2e et 4e mercredi de 12h00 à 14h00

Radio Tisto

2e et 4e mercredis de 14h00 à 16h00

Radio Tisto est l'émission des adolescents et jeunes adultes de l'hôpital de jour d'Antony (Association l'Elan Retrouvé). Nos 6 jeunes animateurs forment également un groupe de musique qui se produit sous le nom des "Harry's". Le projet est mené en collaboration avec Sonic Protest et avec la complicité d'Anton Mobin d'Epsilonia. 

Les 2ème et 4ème mercredis de chaque mois, les Harry's animent leur émission soit directement depuis les locaux de la radio, soit  en studio nomade, dans toute l'île de France et même au delà. Une émission où s'entremêlent improvisations, disques, commentaires sportifs imaginaires, journalisme total, déclamations impromptues, divagations en tout genre et qui brouille les frontières entre le dedans et le dehors de l'institution.

Flemmardise et rêveil mots

1er mercredi de 14h00 à 16h00

Lectures en direct de nouvelles ou d’extraits de textes littéraires en privilégiant les petits éditeurs, les auteurs non médiatiques et le contenu décalé ou poil à gratter.

L’accompagnement musical est un CD entier instrumental ou une compilation spécialement conçue pour la lecture.

Des cailloux dans l'engrenage

3e et 5e mercredis de 14h00 à 16h00

Pour penser le monde avec les enfants sans asséner de discours ficelé d’avance.

 Des cailloux dans l’engrenage pour enrayer la machine folle à la source, par l’éducation de nos enfants. Pour tenter de décrypter la désinformation des communicants qui manipulent les enfants.  L’enfance poil à gratter parce qu’à Radio Libertaire nous refusons de construire l’enfant comme le marché l’impose et qui est happé par la surenchère des machines-qui-pensent-à-ma-place conçues pour créer un consommateur décervelé soumis au pouvoir des marques et de la technique. 

 Pour laisser à la planète un individu constructeur, dégagé de toute forme de soumission à un quelconque pouvoir et prônant la coopération au lieu de l’hyper compétition. Pour remplacer la destruction égoïste par l’intelligence collective. Depuis décembre 2013. Les rubriques jeunesse sont : un CD du jour, des lectures de contes ou d’albums de littérature, l’agenda et souvent des invités mais aussi parfois les enfants d’Intermèdes Robinson, une rubrique énervée ou enjayée, philo ou jeu coopératif … Et des feuilletons : la Commune de Paris en 1871, des extraits de la revue "Le vilain petit canard", l’Europe, les femmes pirates… Florence et Nora à la technique.

Femmes Libres

tous les mercredis de 18h30 à 20h30

L'émission s'efforce de rendre visibles, d'une part, les conditions de misère faites aux femmes sur l'ensemble de la planète et, d'autre part, l'immense travail qu'elles accomplissent, travail que les différents pouvoirs continuent de s'approprier en le maintenant volontairement invisible, qu'il s'agisse du travail domestique, du travail de production, de reproduction ou de lutte féministe, syndicale, politique. Nous souhaitons que cette information suscite une prise de conscience, une prise de confiance et un désir de lutter, car n'oublions pas que, si des femmes ont forcé le barrage de l'exclusion, comme le dit Geneviève Fraisse, « quand on cesse d'exclure, on discrimine » ! Par exemple, à travail égal, le salaire est toujours inégal.

 L’émission rend compte du travail sur le terrain : lutte pour le droit à l'avortement et à la contraception, lutte contre toutes les violences (violences conjugales, incestes, viols, harcèlement sexuel, système prostitutionnel, exploitation économique, etc.), lutte contre les discriminations, solidarité avec les femmes du monde entier, pacifisme, anticléricalisme, antiracisme, etc. Elle accueille des historiennes, sociologues, philosophes, scientifiques, dont les recherches permettent de mieux comprendre les mécanismes d’oppression et de domination.

 Elle aborde la création : littérature, cinéma, arts plastiques, théâtre, musique… et les manifestations qui mettent en valeur les créations féminines et/ou féministes.

Ras les murs

tous les mercredis de 20h30 à 22h30

Ras les murs est une émission consacrée à la prison et à la justice. Elle existe depuis 1989 et s'adresse particulièrement à la moitié de la population carcérale. Les principales maisons d'arrêt et certains centres de détention sont situés à Paris intra-muros ( La Santé) ou dans les banlieues proches de Paris (Fleury-Mérogis, Poissy, Nanterre, Villepinte, Fresnes, Melun, Val-de-Reuil).  Ras les murs s'organise autour d'un inivté et rubriques régulières (le billet d'humeur), l'actualité carcérale et judiciaire et le courrier des prisonniers. Elle informe de la réalité carcérale en donnant la parole aux prisonniers pour témoigner en invitant des organisations, les associations qui se donnent pour objectf de dénnoncer les abus commis dans les prisons ou visant à l'ammélioration des conditions de détention. L'équipe d'animation développe une critique radicale du monde carcéral et inscrit ses analyses dans la perspective abolitionniste tant de la prison que l'Etat qui la sous-tend :  " La prison a fait son temps qu'elle crève ! "

Traffic

tous les mercredis de 22h30 à 00h00

Dans Traffic il n’y a pas que des trafiquants notoires et des alchimistes clandestins. Avant d’être des animateurs, Agnès et Thierry, les acharnés du mercredi 22h30, sont des passeurs d’émotions, des arrangeurs de rencontres improbables, des ficeleurs de paquets cadeau. Support privilégié, la musique garde une grande place dans la programmation de Traffic. Partant de la remarque de Philippe Carles & Jean-Louis Comolli (in Free jazz / Black power - Ed Folio) "Aucune musique n’est socialement inactive, idéologiquement insignifiante, ni sans effet sur le normage culturel des comportements", les bases d’une programmation radicalement différente sont posées et il s’agit alors d’offrir aux auditeurs des musiques, des lectures, des images, des histoires agissant en cohérence avec l’engagement de la plus rebelle des radios.