Télécharger
Explications quant à la déprogrammation des émissions Intifada et Artracaille
RL_2018-11-03_11-30-2.mp3
Fichier Audio MP3 43.2 MB

Communiqué  suite à l'émission pirate du 13 octobre 2018 de 11h30 à 13h30 

 

Sur les ondes de Radio Libertaire s'est tenue une émission le samedi 13 octobre 2018 de 11h30 à 13h30. Il s'agit d'une émission faite « de force » par des personnes soit qui avaient affirmé avoir quitté la radio, soit qui en ont été exclues (les raisons seront détaillées ci-dessous en plus du communiqué concernant ces émissions que vous retrouverez en ligne) 

 

Cette émission a clairement été faite pour porter le discrédit non seulement sur le bureau de Radio Libertaire mais aussi sur l'ensemble de la radio, un appel étant lancé « à ne plus écouter cette radio ». Nous ne reviendront pas ici sur les excès de langage employé par les personnes présentes mais sur les affirmations. 

 

Ainsi, les émissions Artracaille et Intifada auraient été arrêtées sans pouvoir parler et se défendre. Cette affirmation est fausse. Deux réunions en présence des animateurs de ces émissions se sont tenues pour tenter de comprendre comment ils avaient pu en arriver à publier un dessin antisémite et une illustration antisémite. Avant de continuer, nous reproduisons ici le dessin et l'illustration en question : 

 

Dessin effectué à la main par l'animateur de ArtRacaille et Intifada et publié sur leur blog.

 

Représenter des personnes vues comme juives avec une étoile jaune, une mèche hitlérienne et une moustache à la Hitler ne laisse aucun doute sur le caractère antisémite de l'illustration. 

Cette illustration issue du Parti Antisioniste de triste réputation et mémoire, ne fait là aussi aucun doute par l'association de toute personne supposée juive ou vue comme à un complot de suprématie au profit d'Israël, et donc d'un « agenda juif ». Cette rhétorique est connue et elle ne fait pas de doute sur les intentions. 

 

Si nous avions pu avoir un doute d'un glissement lié à des maladresse, celui-ci n'a pas été levé lors des deux réunions qui se sont tenues les 18 et 30 septembre. Pire, elles sont aujourd'hui confirmées par l'attitude mensongère adoptée par les deux animateurs de l'émission, avec l'aide d'une équipe des  Chroniques Syndicales. Faire une émission pirate pour se victimiser alors que l'on a diffusé de l'antisémitisme est une méthode connue et qui n'est pas rare. Mais cela atteint l'indécence quand on y ajoute la calomnie. 

 

La calomnie d'argent détournée à la radio par exemple. Cette affirmation est non seulement fausse, mais elle est injurieuse. Les comptes de Radio Libertaire sont certifiés comme ceux de toute association de cette ampleur par un cabinet comptable et vérifiés par un commissaire aux comptes de la Fédération Anarchiste. C'est donc une accusation qui est lancée non seulement contre le bureau de la radio, mais aussi contre l'ensemble de la Fédération Anarchiste. Ce n'est pas rien, mais cela démontre une fois de plus que pris les doigts dans le pot de confiture, les fautifs préfèrent la politique de la terre brûlée plutôt que de reconnaître leurs torts. Là aussi, une attitude typique des confusionnistes du moment. 

 

Il a aussi été affirmé que les animateurs et animatrices des deux émissions avaient été traités « d'enculés » sur les listes internes. Ces listes sont modérées par le bureau de la radio. Et personne n'aurait laissé passer une telle injure. On est là aussi dans la calomnie la plus crasse pour allumer un contre feu. C'est non seulement injurieux, mais c'est aussi nauséabond. 

 

Nous rappelons ici que les émissions ont par essence la confiance du bureau de la radio qui ne pratique la vérification qu'a posteriori de leurs contenus. C'est pour cela qu'une fois une émission acceptée elle peut déraper, et être questionnée ensuite. Mais nous n'aurions pas imaginé que des animateurs sur le départ ou exclus de la radio auraient pu utiliser cette bienveillance à des fins aussi dégueulasses. Utiliser l'accès à la radio pour venir salir tout le monde n'est pas anodin, mentir pour se protéger est malsain et calomnier n'est jamais fait en vain. 

Nous réaffirmons ici que les émissions ArtRacaille et Intifada ont été arrêtées pour des raisons purement politiques. Parce qu'elles ont diffusées toutes les deux via leurs espaces numériques des images à caractère antisémite. 

 

Nous réaffirmons ici qu'aux vues de l'ancienneté des émissions, elles ont d'abord été suspendues pour explications et avant toute prise de décision. Et qu'elles ont eu l'occasion par deux fois de s'expliquer.

 

Nous réaffirmons ici que c'est bien parce qu'aucune explication politique logique n'est sortie des deux réunions, mais aussi du fait de l'attitude belliciste adoptée par les animateurs des deux émissions que nous avons décidé de l'arrêt d'ArtRacaille et Intifada

 

Cette propension des diffuseurs de haine à vouloir passer pour des victimes est dans l'air du temps. Mais lorsque l'on rentre à Radio Libertaire, on le fait en acceptant les principes de base de la Fédération Anarchiste. Ce qui exclue clairement la haine envers une supposée race. 

 

L'antisémitisme n'aura jamais de place sur les ondes de la radio, ni sur les espaces numériques des émissions. Le bureau assume donc politiquement l'arrêt des deux émissions pour diffusion de propos antisémites. 

 

 

Le bureau de Radio Libertaire 

 


Ecouter en direct

Pour écouter la radio en ligne

cliquez ici

Podcaster

Vous pouvez podcaster les émissions durant 4 semaines en cliquant ici

Nous contacter

Cliquez ici

OU

Une permanence se tient chaque mardi à partir de 19h30 à la librairie Publico

145 rue Amelot 75 011 Paris